Sciences économiques et sociales

Sommaire

L'objectif est d'interroger l'efficacité des différentes activités d'apprentissage à la lumière des éléments théoriques vus dans la première partie. {{{Engager les élèves dans les apprentissages: du cours dialogué au plan de travail}}} Dans l’idéal, un « bon » cours dialogué est celui où la progression du propos se nourrit des interventions simultanées du professeur et des élèves. Les questions de l’enseignant et les réponses des élèves construisent peu à peu la compréhension générale et les questions des élèves et les réponses de l’enseignant permettent de revenir sur des points que certains élèves n’ont pas compris. Ce modèle, pour fonctionner correctement, doit s’appuyer sur deux dispositions scolaires des élèves. - La première concerne l’attention : un cours dialogué ne peut fonctionner correctement qu’à la condition qu’une partie significative des élèves écoute de manière continue le cours et soit en mesure de porter leur attention sur ce qu'il est important de comprendre - La seconde concerne directement les ressources cognitives des élèves. il faut que l’élève parvienne à intégrer en temps réel les développements du cours pour répondre aux questions ou demander des précisions et parviennent à reformuler ce qui a été dit lors de la prise de notes. Avec la constitution de demi-classes pour répondre aux exigences du protocole sanitaire, les enseignants ont remarqué une nette amélioration de l'attention des élèves, davantage d'interrogations et de participation de leur part. Néanmoins, l'écoute active du cours et son assimilation est plus efficace avec des élèves disposant de suffisamment de ressources cognitives, ayant déjà une compréhension du questionnement proposé par l'enseignant. Selon Deauvieau, cette pratique pédagogique est plus plus efficace dans les bonnes classes que dans les classes plus faibles où le cours dialogué devient souvent un cours dicté. Comme nous l'avons vu dans la première partie, il est difficile pour les élèves d'exécuter 2 taches à la fois comprendre le cours et prendre en note le cours. Mais l'élève entre-t-il dans les apprentissages en écrivant le cours dicté? {{{Alterner les tâches selon les objectifs pédagogiques}}} Il semble donc pertinent de proposer des tâches d'apprentissages à des moments différents et à des niveaux de difficultés croissants pour s'assurer de la compréhension du cours et Voici un exemple de progression lié au programme de première concernant la partie " Comment la socialisation contribue-t-elle à expliquer les différences de comportement des individus ?" Pour soutenir l'attention des élèves et obtenir une écoute active, un travail préalable à la maison est proposé aux élèves. Ce travail préalable a pour objectif de remobiliser les connaissances acquises en classe de seconde, d'engager tous les élèves par rapport à la question posée et de centrer leur attention. Dans l'exemple proposé, le choix s'est porté sur la lecture de vidéos courtes pour exposer la problématique et retrouver le vocabulaire essentiel vu en seconde. Pour s'assurer de la lecture des vidéos, un questionnaire en ligne est proposé sur [socrative->https://www.socrative.com/] [Prendre en main Socrative->http://dane.ac-amiens.fr/028-evaluer-le-travail-a-distance-des-eleves-et-assurer-la.html] Cette attention ne doit pas être déviée par les troubles de la classe, des digressions qui peuvent certes enrichir le cours mais surtout perdre l'élève dans ce qui est essentiel de retenir et comprendre. La prise de note peut également détourner l'attention de l'élève sur la tâche à exécuter. La tâche principal n'est pas de recopier ce qu'à écrit le voisin ou dit le professeur mais bien de comprendre les mécanismes décrits. Il peut-être néanmoins intéressant de faire compléter des tableaux, des schémas d'implication pour que l'élève organise les propos de l'enseignant. Cette écoute active a été bien sûr davantage bénéfique pour les élèves intéressés qui ont pu questionner l'enseignant et reformuler ce qu'ils ont compris. Pour s'assurer de l'acquisition du cours, l'élève doit avoir la possibilité de se tester, de savoir ce qu'il a compris. On retrouve le 3ième pilier " le retour sur l'erreur". Un quiz d'apprentissage remplit très cette fonction et réengage les élèves qui ont perdu le fil du cours. Dans l'exemple de progression proposée, les élèves réalisent des exercices auto-corrigés sur[ learning apps ->https://learningapps.org/]pour vérifier la maîtrise du vocabulaire sociologique. [Exemples : Savoir différencier les normes des valeurs->https://learningapps.org/2811081] [Prendre en main Learning apps->https://learningapps.org/tutorial.php] La séquence de cours est découpée en activités. Ce découpage donne la possibilité selon la difficulté des apprentissages, le niveau d'attention des élèves de les engager dans un travail autonome. L'accent est également mis sur la progressivité des objectifs d'apprentissage. Dans un premier temps, la réalisation des activités doivent permettre aux élèves de collecter et s'approprier les notions et mécanismes. Proposer des quiz d'apprentissage à intervalles réguliers est bien approprié pour la consolidation des connaissances. Dans le quizz d'apprentissage, des questions réinterrogent l'élève sur sa capacité à lire correctement les % d'un tableau statistique Exemple de [quizz d'apprentissage ->https://quizizz.com/admin/quiz/59e303cf62bcab11003c1fb1/fiche-qui-assure-la-production] [Créer un premier quiz d'apprentissage avec Quizizz->https://www.youtube.com/watch?v=qpK8gfev1UU] La construction d'une carte mentale est une tâche scolaire qui présente de nombreux avantages pour favoriser les apprentissages des élèves. L'élève est amené à construire et structurer ses connaissances et d'établir des liens entre les idées.

Sciences cognitives et apprentissages des élèves

Partie2 : Quelles activités d’apprentissage proposées aux élèves ?

En lien avec les 4 piliers d’apprentissage définis par les sciences cognitives, je vous propose des exemples d’activités qui favorisent l’attention et l’engagement actif des élèves pour mémoriser, comprendre et transférer les connaissances.

L’objectif est d’interroger l’efficacité des différentes activités d’apprentissage à la lumière des éléments théoriques vus dans la première partie.

 Engager les élèves dans les apprentissages : du cours dialogué au plan de travail

Dans l’idéal, un « bon » cours dialogué est celui où la progression du propos se nourrit des interventions simultanées du professeur et des élèves. Les questions de l’enseignant et les réponses des élèves construisent peu à peu la compréhension générale et les questions des élèves et les réponses de l’enseignant permettent de revenir sur des points que certains élèves n’ont pas compris.
Ce modèle, pour fonctionner correctement, doit s’appuyer sur deux dispositions scolaires des élèves.

  • La première concerne l’attention : un cours dialogué ne peut fonctionner correctement qu’à la condition qu’une partie significative des élèves écoute de manière continue le cours et soit en mesure de porter leur attention sur ce qu’il est important de comprendre
  • La seconde concerne directement les ressources cognitives des élèves. il faut que l’élève parvienne à intégrer en temps réel les développements du cours pour répondre aux questions ou demander des précisions et parviennent à reformuler ce qui a été dit lors de la prise de notes.

Avec la constitution de demi-classes pour répondre aux exigences du protocole sanitaire, les enseignants ont remarqué une nette amélioration de l’attention des élèves, davantage d’interrogations et de participation de leur part. Néanmoins, l’écoute active du cours et son assimilation est plus efficace avec des élèves disposant de suffisamment de ressources cognitives, ayant déjà une compréhension du questionnement proposé par l’enseignant.
Selon Deauvieau, cette pratique pédagogique est plus plus efficace dans les bonnes classes que dans les classes plus faibles où le cours dialogué devient souvent un cours dicté. Comme nous l’avons vu dans la première partie, il est difficile pour les élèves d’exécuter 2 taches à la fois comprendre le cours et prendre en note le cours. Mais l’élève entre-t-il dans les apprentissages en écrivant le cours dicté ?

format PDF - 180.1 ko

 Alterner les tâches selon les objectifs pédagogiques

Il semble donc pertinent de proposer des tâches d’apprentissages à des moments différents et à des niveaux de difficultés croissants pour s’assurer de la compréhension du cours et

Voici un exemple de progression lié au programme de première concernant la partie " Comment la socialisation contribue-t-elle à expliquer les différences de comportement des individus ?"

Pour soutenir l’attention des élèves et obtenir une écoute active, un travail préalable à la maison est proposé aux élèves. Ce travail préalable a pour objectif de remobiliser les connaissances acquises en classe de seconde, d’engager tous les élèves par rapport à la question posée et de centrer leur attention.

Dans l’exemple proposé, le choix s’est porté sur la lecture de vidéos courtes pour exposer la problématique et retrouver le vocabulaire essentiel vu en seconde. Pour s’assurer de la lecture des vidéos, un questionnaire en ligne est proposé sur socrative

Prendre en main Socrative

Cette attention ne doit pas être déviée par les troubles de la classe, des digressions qui peuvent certes enrichir le cours mais surtout perdre l’élève dans ce qui est essentiel de retenir et comprendre.
La prise de note peut également détourner l’attention de l’élève sur la tâche à exécuter. La tâche principal n’est pas de recopier ce qu’à écrit le voisin ou dit le professeur mais bien de comprendre les mécanismes décrits.

Il peut-être néanmoins intéressant de faire compléter des tableaux, des schémas d’implication pour que l’élève organise les propos de l’enseignant.

Cette écoute active a été bien sûr davantage bénéfique pour les élèves intéressés qui ont pu questionner l’enseignant et reformuler ce qu’ils ont compris.

Pour s’assurer de l’acquisition du cours, l’élève doit avoir la possibilité de se tester, de savoir ce qu’il a compris. On retrouve le 3ième pilier " le retour sur l’erreur". Un quiz d’apprentissage remplit très cette fonction et réengage les élèves qui ont perdu le fil du cours.

Dans l’exemple de progression proposée, les élèves réalisent des exercices auto-corrigés surlearning appspour vérifier la maîtrise du vocabulaire sociologique.
Exemples : Savoir différencier les normes des valeurs

Prendre en main Learning apps

La séquence de cours est découpée en activités. Ce découpage donne la possibilité selon la difficulté des apprentissages, le niveau d’attention des élèves de les engager dans un travail autonome.

L’accent est également mis sur la progressivité des objectifs d’apprentissage.
Dans un premier temps, la réalisation des activités doivent permettre aux élèves de collecter et s’approprier les notions et mécanismes. Proposer des quiz d’apprentissage à intervalles réguliers est bien approprié pour la consolidation des connaissances.
Dans le quizz d’apprentissage, des questions réinterrogent l’élève sur sa capacité à lire correctement les % d’un tableau statistique
Exemple de quizz d’apprentissage

Créer un premier quiz d’apprentissage avec Quizizz

La construction d’une carte mentale est une tâche scolaire qui présente de nombreux avantages pour favoriser les apprentissages des élèves. L’élève est amené à construire et structurer ses connaissances et d’établir des liens entre les idées.

Mise à jour : 2 juin 2021