Sciences économiques et sociales

Pour l'école de la confiance
Vous êtes ici : Accueil > Revue de presse > Economie >

Dépasser la marchandisation

La vie des idées

Margaret Jane Radin :
"Pour la plupart des objets, la marchandisation ne pose pas problème : tout ce que j’achète au supermarché, les vêtements que je porte sont des marchandises, des choses qui n’ont pas été fabriquées spécialement pour moi. Tout est une marchandise que l’on achète et que l’on vend, ce qui, pour la plupart des choses, n’a rien d’inquiétant. Mais ce qui nous inquiétait, à l’époque où j’écrivais le livre, c’était la vente de choses telles que la sexualité, les ovocytes, les organes ; la marchandisation de parties du corps. Ces questions nous inquiétaient dans une perspective féministe, car il nous semblait que bon nombre des choses transformées en marchandises appartenaient à des femmes. Les débats auxquels prenaient part les penseuses féministes autour de la question de la gestation pour autrui étaient alors très animés."

https://laviedesidees.fr/Depasser-la-marchandisation.html

Mise à jour : 8 décembre 2018